Modèle the to do list

Brandy Klark (Aubrey Plaza), de Boise, Idaho, est un adolescent trop atteint mais socialement maladroit qui a obtenu son diplôme en tant que major de son école secondaire en 1993. Après la cérémonie, les deux meilleurs amis de brandy, Wendy (Sarah Steele) et Fiona (Alia Shawkat), prennent Brandy à une fête, où elle se saoule pour la première fois. Brandy fait avec un garçon d`Université musculaire, elle a un coup de foudre sur nommé Rusty Waters (Scott porter). Depuis la chambre est sombre, il trompe Brandy pour quelqu`un d`autre et quand il réalise qui elle est, il la rejette. Brandy blâme son manque d`expérience sexuelle et décide d`apprendre tout sur le sexe au cours de l`été pour se préparer à l`Université. Elle décide que son objectif de fin d`été sera d`avoir des relations sexuelles avec Rusty pour compléter sa «liste de faire». La liste de faire a reçu des commentaires mitigés, en tenant une note de 52% sur le site Web d`agrégation de révision tomates pourries, basé sur 108 avis, avec une note moyenne de 5,7/10. Le consensus critique du site se lit comme suit: «la liste de choses à faire peut jouer des objets sans danger en raison de sa prémisse plutôt audacieuse, mais la main sûre de Maggie Carey, la réalisatrice de l`écrivain, et la performance d`Aubrey Plaza, gardent les rires à venir.» au cours du premier week-end du film, la liste des to do a gagné $1 579 402 de 591 théâtres, ouvrant en 15e place [9]. Cela était inférieur aux attentes; le Los Angeles Times prédit un week-end d`ouverture de 2 à 3 millions de dollars [6], et CBS Films attendait $2 millions. 7 The to do list est un film américain de comédie romantique sorti le 26 juillet 2013 à 2013. Écrit et réalisé par Maggie Carey dans son premier long métrage réalisateur, le film stars Aubrey Plaza, Johnny Simmons, Bill Hader, Scott porter, Alia Shawkat, Sarah Steele et Rachel Bilson. Le film est sur un récent diplômé de l`école secondaire (Plaza), qui se sent qu`elle a besoin d`avoir plus d`expériences sexuelles avant qu`elle commence l`Université. [4] après avoir regardé “demoiselles d`honneur” plus tôt cette année, j`ai été en fait assez surpris de voir un film que j`ai l`habitude aurait marqué comme un “film poussin” me faire rire et laisser le théâtre pensant que je viens de regarder une comédie de qualité globale.

J`ai toujours trouvé que Hollywood aimait garder cette division stéréotypée entre ces “comédies de gars Raunchy” et “Flicks poussin Corny”. Le seul point que je suis en train de faire ici, c`est que, habituellement, les comédies torride présentent des personnages masculins comme les pistes, et les personnages féminins habituellement soit servir de partie adverse à des histoires typiques de la Bromance, ou comme les «bimbos de fond». Mais, après un certain temps, comme dans n`importe quel sous-genre de film ou de la tendance, les clichés continuent à revenir encore et encore, les mêmes visages jouent les mêmes rôles dans les films qui sont essentiellement des copies de carbone de l`autre, et, tout simplement, il obtient un peu vieux et les rejets compétents parmi ce sous-GEN devenir une rareté. Mais que faire si ces vieux clichés pourraient être complètement rajeuni si le moule a été renversé, et les personnages féminins sont devenus les pistes? Eh bien, croyez-moi, ce film n`est pas une comédie romantique ringard, les clichés qu`on s`attendrait à voir dans un film de poussin sont absolument nulle part pour être trouvé. Pensez à un croisement entre “American Pie” et “Superbad”, avec un dialogue, des mœurs et des situations encore plus sales… avec des personnages féminins comme les fils. Le film commence avec tout à fait une séquence de crédits d`ouverture astucieux, qui vous permet rapidement de savoir que vous êtes ramené au début des années nonante (1993 pour être exact). Et, tout au long du film, ce sentiment des années nonante est très bien gardé vivant, avec les décors, les costumes, et tels. Bon travail là-dessus. On pourrait argumenter que chaque personnage est super stéréotypé. C`est absolument vrai. Et c`est probablement le plus grand truc que “la liste de faire” est capable de se retirer: les situations par lesquelles les personnages vont embrasser leur nature stéréotypée tout en poussant constamment à la fois les limites du bon goût/moralité et de ce que vous avez déjà vu dans films similaires.

“La liste des to do” n`essaye pas de réinventer la roue. non. Mais c`est certainement essayer de repousser les limites à bien des égards.